titre du site

Open menu

SPORT

L’Étoile Cycliste Abbevilloise (ECA) se porte bien. Lors de la présentation officielle des équipes de l’ECA en mars dernier, Arnaud Deguisne, président du club et les entraîneurs, étaient satisfaits de la constitution d’une équipe en division nationale. Une 1ère pour le club abbevillois.

Pour la saison à venir, l’ECA accède à un autre niveau, celui de la division nationale ou DN3. Un échelon attribué par la Fédération Française de Cyclisme aux clubs qui répondent à certains critères.

Des coureurs de 1ère et 2ème catégories
“Jusqu’à présent, le club n’avait pas la capacité de retenir tous les meilleurs coureurs, ils partaient dans des clubs de Division Nationale dans d’autres départements et régions” explique Antoine François, entraîneur à l’ECA. Fort de ce constat, le club a créé une équipe de coureurs de 1ère catégorie et 2ème catégorie, constituée de 9 cyclistes, dont plusieurs jeunes Abbevillois.

Formation renforcée et nouveaux coureurs
“Nous pouvons enfin accueillir des coureurs, leur permettre de progresser et les faire courir à ce niveau de compétition. Il était légitime d’accueillir les coureurs de la région, de leur permettre d’évoluer en DN3 avec un très bon niveau tout en restant chez nous. Pour passer à ce niveau, il fallait renforcer la formation des jeunes et recruter de nouveaux coureurs. Ce qui nécessite beaucoup de travail, de soutien et des moyens. Il faut pouvoir disposer du matériel, des véhicules, des capacités de déplacements et d’entraînements” poursuit l’entraîneur.

Réussir à s’illustrer sur des courses nationales
Objectif : se placer dans des Coupes de France et gagner des courses en 1ère catégorie. L’équipe va défendre les couleurs de la ville sur les prochaines courses nationales et compte bien s’illustrer dans l’histoire du sport abbevillois : “Dans cette catégorie, les courses sont plus longues, plus rapides, nos coureurs sont persévérants et courageux car ils enchaînent avec plusieurs heures de vélo après leur travail ou leurs cours, et s’alignent sur le départ lors des compétitions le week-end avec des coureurs dont la majorité ne font que du vélo” souligne Antoine François.